Ça y est, c’est annoncé : je quitte Québec pour la prochaine année!

Après 2 ans de complète folie, c’est normal lorsqu’on se lance à son compte d’avoir des horaires remplis à la seconde je vous le confirme!, j’ai ressenti le besoin de « m’isoler » le temps de remettre les pendules de Betti à l’heure.

Vous voulez connaître les raisons qui ont fait que ce changement arrivait à point dans ma vie professionnelle?

Si vous m’aviez dit que je quitterais la belle Québec pour aller me cacher en pleine forêt dans les Cantons-de-l’Est il y a un an, j’aurais probablement rigolé. Je veux dire, j’adore l’endroit où j’habite maintenant et je suis littéralement tombée amoureuse de la vue de ma salle à manger (un lac à l’horizon, il n’y a rien de plus beau!), mais disons que j’ai toujours été une workaholic qui a besoin de mettre son nez partout. Que ce soit pour des rencontres avec mes clients, pour des événements à couvrir, pour des conférences professionnelles ou des 5 à 7 de réseautage, je me déplaçais partout, et pour tout. Et à force, je me suis brûlée.

Je m’excuse à l’avance pour cet article qui est un peu plus personnel que tous les autres publiés jusqu’à maintenant, mais j’avais le besoin d’expliquer les raisons qui ont motivé mon choix.

Bref, j’étais à bout. Je perdais de ma productivité et de mon efficacité légendaire, je débutais et terminais mes journées en étant complètement vidée… et je savais très bien que ça ne pouvait pas continuer comme ça. Nous, les travailleurs autonomes, sommes excellents pour prendre plusieurs milliers de tâches sur nos épaules. Et pour les mener à bien, au péril de notre moral.

Après un été à avoir vu et revu mon horaire, à avoir imaginé les meilleurs scénarios pour que tout le monde soit content… j’ai finalement décidé de faire le grand saut et d’accepter l’offre parfaite qui me pendait sous le nez : un super contrat dans le coin de Sherbrooke, qui se trouvait à peine à quelques minutes du chalet familial. La suite s’est dessinée toute seule.

Les expressions « prendre ses racines » et « retourner aux sources » ont maintenant leur place dans mon quotidien. Jamais je n’aurais pu penser qu’être au beau milieu de la campagne me ferait un aussi grand bien, à moi, mais surtout à mon entreprise. Depuis que j’ai mis le pied dans ce nouvel oasis, je respire mieux. Je travaille plus vite et plus fort, je suis efficace et allumée comme jamais. Je reviens fréquemment à Québec, je passe aussi par Montréal, et j’arrive à rencontrer tous mes clients en une simple visite.

Être dévouée à faire grandir son entreprise, c’est aussi prendre du recul lorsqu’il le faut. Surtout quand on sait pertinemment que ça nous fera le plus grand bien.

Bref, ce sera une année teintée de nature pour moi! Et pour vous?

Share Button