Saluuuuuuut le titre d’info-pub 😉

Mais en soit, les astuces qui suivront sont des trucs que j’ai moi-même testés et qui, oh boy, ont vraiment aidé à développer et à faire grandir & vivre mon infolettre. Quel être égoïste je serais si je ne vous en faisais pas part?

Ici par contre, je prends pour acquis que vous avez déjà une infolettre en place, un pourquoi derrière et une valeur ajoutée qui vous motive à envoyer du contenu à votre monde sur une base régulière. Oui, les trucs ci-bas peuvent être intéressants si vous vous lancez dans le fabuleux monde du marketing par courriel, mais c’est certain que les résultats ne seront pas optimaux si vous partez de rien versus si vous avez déjà un bon bassin d’abonnés et quelques statistiques pouvant vous guider vers le bon chemin.

Ceci étant dit, let’s go!

Un opt-in qui règle un (gros) problème

Pas de surprises ici, si vous voulez que les gens s’abonnent, il faut que vous ayez cerné leurs besoins et que vous sachiez déjà et hyper clairement ce qui les aiderait, ce qui les soulagerait, ce qui faciliterait leur vie. Surveillez les commentaires que vos abonnés vous laissent sur les réseaux sociaux. Lisez attentivement les commentaires sur votre blogue. Discutez avec des profils type de clients idéaux. Pensez à un produit qui sera une révélation pour eux, et qui leur retirera une grosse épine du pied!

Un premier courriel on fleek

C’est là où tout se passe. C’est là où vous expliquez la suite, où vous partagez votre valeur ajoutée, où vous justifiez une bonne fois pour toute la raison pour laquelle ils ont fait le bon choix de s’ajouter à votre gang, et de s’abonner à votre contenu. N’hésitez pas à ponctuer le tout de ce qui vous ressemble, d’une vidéo de vous, d’une playlist sympathique pour se mettre dans le mood, de cadeaux qui feront l’extra mile nécessaire pour les fidéliser encore plus. Ici tous les moyens sont bons pour séduire à la première impression!

Un rythme d’envoi régulier

Pas question de jouer sur un rythme d’un mois puis d’une semaine, puis de deux semaines, puis d’un mois à nouveau. Soyez honnêtes avec vous-même et voyez quand vous êtes à l’aise d’envoyer du contenu. Éviter de vous surcharger aussi, ce n’est pas nécessaire et optimal de créer du contenu sur une trame trop rapprochée si au final vous ne faites qu’envoyer des infolettres pour envoyer des infolettres. La quantité n’est pas une valeur sûre, et la qualité prônera toujours.

Des titres comme de gentils clickbaits

Que je n’en vois pas un ou une qui écrit des horreurs en titre simplement pour attirer des ouvertures! Oui, il faut que votre titre soit alléchant et qu’il explique bien pourquoi votre abonné perdra beaucoup s’il ne clique pas. Mais de grâce, ne faites pas de fausse publicité, de faux marketing et de faux espoirs. On veut de l’alléchant, on ne veut pas du mensonge. À force de penser en mode « valeur ajoutée » ça deviendra beaucoup plus facile pour vous de vous faire une tête sur les raisons pertinentes qui rendront vos abonnés incapables de résister à votre contenu dans la seconde où il est déployé. C’est un muscle : pratiquez-le!

Du contenu promotionnel qui se base sur le 80/20

Autre chose très importante à garder en tête pour avoir un bon taux d’ouverture et de clics sur ses infolettres : PAS DE VENTE À PRESSION. Personne n’aime avoir l’impression d’entrer dans un concessionnaire de chars avec 40 vendeurs qui se jettent sur lui comme des prédateurs sur un morceau de viande fraîche. 😉 La règle du 80/20 propose donc de donner 80% de contenu ludique, en mode storytelling, en valeur ajoutée pure et dure et sans aucune attrape ou attache, et 20% de contenu en mode promotion d’un produit, d’un défi, d’un service, name it. Encore une fois, la qualité prime, et la valeur ajoutée tout autant. Trouvez ce que vos abonnés gagneront vraiment en cliquant vers ce truc que vous mettrez en valeur, et le reste se fera tout seul!

Prêts et prêtes à mettre les bouchées doubles pour que votre infolettre performe en fou?

Share Button