Bon, on l’entend tellement celle-là. L’algorithme, ce méchant démon. Tous ces contenus que nos abonnés ne voient plus. L’espoir qu’on perd. Et même si on bosse fort sur un contenu, sur un visuel, sur un texte, sur quoi que ce soit, tout passe à la trappe. On a l’impression qu’il faut maintenant payer pour tout, que la pub est la seule façon de rejoindre son public sur les réseaux sociaux, que c’est désormais une industrie en elle-même, et que si on n’a pas les reins – et le budget – solides, on risque de se faire oublier, nous, et tout notre temps mis à tenter de faire grandir une communauté.

Hum. On respire. On relativise. Aujourd’hui, on jase.

Parce que les règles c’est bien beau, les robots aussi. Parce que les plateformes et leurs calculs c’est quelque chose, mais que les humains de l’autre côté qui vous lisent c’est autre chose également. J’aime pas trop mettre tous mes oeufs dans le même panier, encore moins me donner l’impression de ne pas contrôler tous les aspects des plateformes où je bâtis les comptes de mes clients. Mais en effet, c’est plus difficile depuis quelques mois d’avoir du contenu qui rejoint les gens, autant les bonnes personnes que juste des personnes normales, en général.

Est-ce que je fais un moins bon boulot si mes abonnés ne voient pas tout ce que j’écris? Ou alors, est-ce que la faute va seulement aux réseaux sociaux et à ceux qui y tirent les ficelles derrière?

Est-ce que c’est peine perdue? Est-ce que peut importe les stratégies, peu importe le pourquoi du comment, peu importe les efforts, votre contenu est voué à ne plus être vu, commenté, lu et partagé?

Est-ce que je lâche prise et poste simplement pour jaser avec ma communauté? Est-ce que je continue de leur partager ce qui à mon sens a tout pour les intéresser, pour les éduquer, pour être utile dans leur vie?

Y’a deux questions qui méritent un gros oui cuisant comme réponse. TROUVEZ-LES 😉

Parce que malgré les algorithmes et les plateformes et les règles, n’en reste que vous êtes sur des réseaux sociaux. Que vous y êtes pour être sociaux (duh), que vous voulez construire une communauté et non un tableau de statistiques satisfaisantes. Les chiffres et les réactions et les diagrammes  sont de bons alliés, d’excellents outils pour vous aider à  faire une meilleure gestion. Mais c’est vous et seulement vous qui devriez décider de ce que vous postez, quand vous le postez, pour qui et comment.

Où est passé le fun de jaser avec son monde? Où est allé le plaisir de créer du bon contenu, juste pour créer du bon contenu? Où est la place du social, à travers tous les robots?

J’ai juste envie qu’on laisse aller pour deux secondes, tous ensemble. Qu’on pense à notre communauté, qu’on pense à nous, qu’on pense à ce qu’on veut leur dire. Qu’on pense à user de nos réseaux sociaux comme notre philosophie et nos valeurs d’entreprise nous le dictent. Qu’on fasse une p’tite grève de statistiques pour une journée ou deux, de pression pas nécessaire. Et qu’on apprécie le lien de confiance avec notre monde. Pour vrai, pas juste pour avoir un badge de retour rapide.

DEAL? DEAL.

Share Button