Ce n’est un secret pour personne, je trippe pas mal à faire de la formation depuis un bon gros deux ans et des poussières. Je suis d’ailleurs en train de finaliser les derniers détails pour Vie de pyjiste : lance ton projet (enfin!) qui aura lieu mardi prochain. Bref, enseigner et partager mes astuces (et les apprentissages retirés des mes échecs) c’est mon gros crush qui n’en finit plus de finir.

Vous êtes nombreux à me demander à chaque semaine quels sont mes trucs pour offrir des formations aussi intéressantes qu’utiles et éducatives. J’ai donc pensé vous résumer quelques astuces ici, question de vous aider à améliorer vos propres enseignements! Go 🙂

1. Pensez comme eux : ce n’est pas le moment de les bombarder au maximum de votre vision, de vous et vous seul, de TOUT ce que vous savez et de comment vous le savez. Mettez-vous à la place de vos étudiants et voyez là où se situe leur intérêt, là où sont leurs problèmes. À partir de là, orchestrez votre contenu.

2. Voyez la formation comme une discussion : on se met une pression phénoménale à offrir un cours théorique, à bâtir notre formation sur le modèle magistral où quelqu’un parle en avant alors que les autres écoutent et retiennent par coeur. Voyez plutôt votre talk comme une façon de partager ce que vous savez et d’en apprendre plus sur les problèmes et la réalité des gens présents.

3. Parlez, parlez, parlez et parlez encore : c’est là où on s’accroche le plus souvent, dans nos mots. Dans nos idées qui viennent trop vite, ou à l’inverse dans nos phrases qui bloquent. Soyez fluide et multipliez au quotidien les échanges avec vos abonnés, les vidéos, les webinaires, les lives. Parlez à votre monde de votre boulot et de vos connaissances le plus souvent possible, de vive voix.

4. Soyez dynamique – aussi cheesy cela puisse-t-il sembler : vos étudiants ont beaucoup plus de chance de se souvenir du stock enseigné s’ils apprennent par stimulation. Ayez de la vidéo, gesticulez, regardez-les dans les yeux, misez sur votre humour bien à vous ; toutes les raisons sont bonnes pour que ça bouge!

5. Mettez l’accent sur ce que vous voulez que les gens retiennent : et non pas sur ce que vous allez dire. En faisant ce petit shift bien simple, vos étudiants ont beaucoup plus de chance de sortir de la formation en ayant atteint leur objectif, parce que ce sera votre priorité de les amener là où ils ont besoin d’être. Pas de vous entendre parler 😉

6. Diminuez les distractions : simple, mais efficace. Que ce soit en fermant la porte et en évitant d’être dérangé par ce qui se passe à l’extérieur, en fermant votre téléphone (en ne le gardant pas non plus près de vous à la vue!), en coupant toute connexion de votre ordinateur pour ne rien avoir comme notifications qui poppent, en activant votre message d’absence… c’est un gros service que vous vous rendez.

7. Acceptez qu’on n’a pas réponse à tout : oh, la fameuse angoisse de recevoir une question en formation à laquelle vous ignorez la réponse! Plutôt que de paniquer, d’avoir des sueurs froides et de prier de toute vos forces pour disparaître, répondez tout simplement que vous validerez la réponse hors formation, et que vous reviendrez au principal intéressé dès que vous aurez du concret pour lui. Simple, efficace et honnête.  Ce n’est pas parce que vous enseignez sur un sujet que vous avez la science infuse sur tout!

8. Usez des détails : que ce soit dans vos exemples, dans vos conseils, dans vos échanges, utilisez chaque petit détail que vous connaissez au sujet de vos étudiants pour rendre le tout plus concret, plus facile à considérer pour eux. N’ayez pas peur de faire une tour de table pour connaître un peu mieux votre monde avant de débuter la formation – ce sera une bonne façon d’en apprendre un peu plus sur les gens dans la salle.

9. Évitez de répéter votre contenu : rien de plus plate et monotone à suivre qu’une formation donnée par un formateur blasé. Les gens verront tout de suite que vous en êtes à la dizaine répétition de votre texte, que vous connaissez votre stock par coeur, que vous n’en êtes plus impressionné, animé.  Pas besoin de tout changer entre chaque classe, mais assurez-vous d’avoir du matériel mis à jour, de nouveaux exemples, de l’originalité.

10. Introduisez avec les questions du groupe :  l’un de mes trucs préférés depuis longtemps. Lancez votre conférence en demandant à prime abord à vos étudiants les questions qu’ils ont en lien avec le sujet enseigné. Pour eux, c’est une façon de se vider l’esprit et de régler leurs soucis dès les premières minutes du cours, et pour vous c’est l’assurance de partir de là avec des problèmes déjà résolus!

Lequel de ces trucs appliquerez-vous la prochaine fois que vous offrirez une formation?

Share Button