Pardon aux végétariens et aux végétaliens dans la salle, mais promis, ce n’est que le titre de cet article qui en appelle à votre imagination. Le reste sera tout en douceur. Ce sont pour la plupart des trucs que j’ai accumulés au fil des années à bloguer qui viendront, pas la description d’une coupe de viande ou d’un tartare quelconque. 😉

Parce que souvent, les gens confondent rédaction et rédaction web, je me suis dit qu’il était temps de vous guider un peu entre les deux. Oui, oui, on va rendre vos textes aussi efficaces à lire qu’à écrire – et ultimement, vous donner une belle latitude de plus pour vos mots sur la toile.

Pas certains de faire tout ce que vous avez en votre pouvoir pour rendre vos textes web au niveau où vous voulez les voir être?

#1 : Laissez mariner

Pas la peine de publier à la seconde où les textes sont écrits. Une bonne heure à laisser le tout reposer dans votre tête, ou même une journée complète peut faire des miracles sur vos idées et sur l’essence de vos mots. Laissez le tout de côté, une fois le dernier point posé. En plus de donner un break à votre cerveau, faire ainsi vous donne une belle marge de recul et vous aidera à mieux filtrer votre texte une fois à l’étape de la correction et de la relecture!

#2 : Lisez à voix haute

Un de mes trucs préférés pour voir si mes phrases ne sont pas trop longues, ou si je ne me répète pas 44 fois pour dire la même chose. Au-delà du traditionnel truc de tout couper de moitié, je trouve que c’est beaucoup plus efficace et effectif que de lire son article « final » à voix haute dès qu’il est à notre goût. Il s’agit là aussi d’une excellente façon de voir si le ton qu’on emploie fit avec le message qu’on veut passer, et au public à qui on parle, ou s’il est juste linéaire et ennuyant à lire – même pour nous.

#3 : Apprenez à mieux diviser

Une question de sous-titres est de mise ici, afin de faire de l’ordre dans ce que vous avez à dire. Pas besoin de diviser le tout trop petit, ni trop large, mais pensez toujours au lecteur derrière qui risque la majorité du temps de lire votre article en diagonale avant d’en faire une nouvelle lecture plus en profondeur si l’idée de base vient le chercher. De ce fait, n’hésitez pas à guider l’oeil au bon endroit, et à lui permettre de se faire rapidement une tête, de se convaincre également.

#4 : 1 idée, 1 paragraphe

C’est souvent ce qui allonge vos textes, ce qui rend le message difficile à assimiler pour vos lecteurs, et pour vous à la fin également. C’est ce qui mélange les signaux, fait perdre le regard et qui au final vous coupe probablement de belles propositions, des calls-to-action efficaces aussi. Apprenez à ne garder qu’une idée par paragraphe, et même j’aurais envie de vous dire, une idée par article. Si vraiment vous voulez vous emporter, faites-en une série de textes. Si vraiment vous tenez un sujet que vous voulez explorer de tous les sens et de tous les côtés, divisez le tout au mieux, mâchez le contenu, simplifiez et concrétisez surtout.

#5 : N’acceptez pas de censure

Étrange à dire, dans un article où je vous encourage à couper au possible vos textes right? Pourtant, c’est essentiel de ne pas vous censurer lors de la rédaction, pour la simple et bonne raison que si vous vous coupez dans votre élan, c’est presque assuré que vous serez incapable de reprendre le fil, ou d’aller au bout de votre idée initiale. De ce fait, je vous conseille vraiment d’y aller avec le libre arbitre, de vous laisser aller dans votre article. De toute façon, à la première étape, je vous conseillais de laisser tout mariner. Encore mieux quand vous avez des tas de trucs à raturer une fois de retour sur l’article. Ça soulaaaaaaage.

Est-ce que ces petits trucs vous ont aidé à voir au-delà de votre prochain article de blogue à écrire, de votre prochaine page web à compléter? Dites-moi dans les commentaires l’astuce que vous appliquerez la prochaine fois où vous aurez à rédiger pour le web!

Share Button