Que vous soyez blogueur, fondateur d’une PME sympathique, relationniste, cadre dans une grande firme, chargé de comptes, adjoint aux ressources humaines et j’en passe… vous aurez un jour ou l’autre, et plus tôt que vous ne le croyez!, besoin de retrousser vos manches et de vous attaquer à vos propres médias sociaux professionnels.

Pour vous assurer de bien lancer votre présence en ligne et de mettre toutes les chances de votre côté pour utiliser vos médias sociaux de la bonne façon, j’ai pensé vous proposer un petit top 5 de comportements à éviter dès le départ. Curieux?

1) Se lancer sans une once d’organisation. Détrompez-vous, bien que les médias sociaux soient une affaire de direct, il faut que vous ayez quelques informations en tête pour éviter de partir dans tous les sens. À chaque semaine, prenez quelques minutes pour cibler le contenu que vous souhaitez partager, les sujets que vous voulez abordez, et tentez d’y rester fidèle. Bien sûr, plusieurs changements et ajouts se feront en cours de route, mais au moins vous aurez une ligne directrice pour vous guider en cas de syndrome de la page (web) blanche.

2) Frôler l’harcèlement des abonnés. Et par harcèlement, je veux dire les identifier à chaque nouveau commentaire ajouté sur un statut sur lequel ils ont commenté, leur écrire des messages privés avec votre propre compte personnel sur Facebook, les bombarder d’annonces et de messages pré-écrits sur Twitter et LinkedIn, récupérer des infos de leur profil afin de vous en servir sur votre page professionnelle, et j’en passe. Si ces exemples sont ici, c’est que je l’ai déjà vus et revus. Et croyez-moi, ça a l’effet de repousser les gens plutôt que de les intéresser.

3) Chercher le conflit et le scandale. Plusieurs entreprises risquent de plus en plus la popularité de leur médias sociaux au profit d’un statut qui pourrait apporter des tonnes de commentaires, tant positifs que négatifs. Bien sûr, c’est une  idée à envisager que de poser une question à caractère un peu plus controversé une fois de temps en temps, mais il faut d’abord que ce soit en lien étroit avec vos services ou avec vos valeurs. Si vous tentez de faire du bruit simplement pour attirer de nouveaux abonnés, et que vous le faites trop souvent, l’effet n’en sera que négatif.

4) Partager une marée de contenu. Vous le savez autant que moi, Internet est un immense océan de liens, d’images, de vidéos et d’articles qui valent la peine d’être consultés, vus et échangés. Par contre, et c’est à ce sujet que le point #1 devient important, il faut savoir faire un tri. Je conseille toujours à mes clients de s’en tenir à 1, 2 ou 3 partages par jour, tout dépendant de la pertinence de ce qu’ils ont à publier. Si vous avez en banque près de 10 statuts qui sont tous plus importants les uns que les autres à vos yeux, pourquoi ne pas les diviser sur une semaine entière plutôt que sur une seule journée? Vous abonnés auront donc plus de chance de tout lire, plutôt que d’attraper un seul lien au passage.

5) Promouvoir seulement ce qui vous concerne directement. Ne vous méprenez pas, vos médias sociaux sont à votre sujet et c’est la raison principale pour laquelle vous abonnés les suivent assidûment. Par contre, si chacun de vos statuts ou de vos articles de blogue sont exclusivement sur vous ou à propos de vos produits, les lecteurs risquent de s’ennuyer un peu. La meilleure façon de les garder intéressés? Osez quelques fois par semaine partager des articles concernant votre niche, mais qui n’est pas en lien direct avec ce que vous faites. Je prends l’exemple d’un restaurant sur Facebook, qui décide de partager le magazine Fou des foodies parce qu’ils ont tous les deux le but de faire connaître la cuisine de Québec à la majorité. Vous comprenez le genre?

Quel autre comportement à éviter devrait se retrouver dans ma liste? Qu’avez-vous observé sur les médias sociaux des entreprises que vous suivez qui devraient être supprimé?

Share Button